CENTRAFIQUE:PREMIERE ENQUETE BOUCLEE DES SOLDATS FRANCAIS ACCUSES DE VIOLS

 

Deux enquêtes, portant sur des allégations d’abus sexuels qui auraient été commis par des militaires français déployés dans le pays, ont été ouvertes parallèlement sous l’autorité du parquet de Paris: l’une a été classée sans suite le 25 novembre et l’autre est toujours en cours, a appris mardi l’AFP de source judiciaire.Dans l’information judiciaire, il appartient désormais au parquet de Paris de prendre ses réquisitions avant une décision définitive des juges. Mais faute de personnes mises en examen, le dossier pourrait s’acheminer vers un non-lieu.

La fin d’enquête notifiée le 20 décembre a ouvert un délai de trois mois durant lequel les parties peuvent demander de nouveaux actes d’enquête, « une possibilité » que se réserve l’association ECPAT (End child prostitution, bad word ography and trafficking), partie civile, « quand elle aura procédé à un examen approfondi du dossier« , a indiqué son avocat Me Emmanuel Daoud.

Depuis mai 2015, trois juges d’instruction enquêtaient sur des accusations de viols commis dans le camp de déplacés de M’Poko, près de l’aéroport de Bangui, entre décembre 2013 et juin 2014, et visant au départ quatorze militaires français.Mais seulement,la force Sangaris, qui n’était pas sous commandement de l’ONU, était alors déployée depuis décembre 2013 pour restaurer la sécurité dans ce pays en proie au chaos, aux violences sexuelles et aux massacres entre communautés chrétienne et musulmane. L’opération française a pris fin en octobre.

Les juges français ont alors terminé leurs investigations sur les accusations de viols sur des mineurs portées à partir de 2014 contre ces soldats de la force Sangaris alors déployée en Centrafrique, mais l’enquête n’a débouché sur aucune mise en examen.L’affaire était restée secrète jusqu’à ce que le journal britannique The Guardian révèle fin avril 2015 l’existence d’une note confidentielle des Nations unies contenant les accusations d’enfants centrafricains faisant état d’abus sexuels en échange de nourriture ou de petites sommes d’argent.Informé donc dès juillet 2014, le ministère français de la Défense avait saisi le parquet de Paris qui avait ouvert une enquête préliminaire avant de confier une information judiciaire à des juges.Dans ce dossier délicat, les magistrats et la gendarmerie prévôtale, chargée d’enquêter sur les crimes et délits commis par des militaires lors d’opérations extérieures, ne sont pas parvenus à corroborer matériellement les accusations portées contre les soldats après deux ans et demi d’investigations, selon une source proche de l’enquête.

Les juges se sont rendus en République centrafricaine en juillet 2015 puis à l’été 2016, notamment pour y recueillir les témoignages d’une dizaine d’enfants, un travail complexe d’autant que des variations sont apparues dans certaines versions.La note de l’ONU faisait état de six témoignages, ceux de quatre enfants se disant victimes et de deux témoins de faits. Mais d’autres enfants se sont signalés depuis et ceux qui se disaient témoins se sont ensuite déclarés comme victimes.Six militaires désignés comme pouvant être les agresseurs des enfants ont été entendus mais aucun n’a été mis en examen. Ils ont affirmé avoir donné des rations alimentaires, mais nié tout abus sexuel.

Disons que depuis cette première affaire, d’autres accusations avaient été portées contre des militaires français. L’enquête classée sans suite concernait le cas d’une jeune fille qui s’était dite victime d’un viol à l’été 2014 avant d’évoquer un rapport consenti non protégé.Le parquet de Paris a alors poursuit en revanche ses investigations dans une enquête préliminaire ouverte en avril dernier après un signalement de l’ONU sur des soupçons d’agressions sexuelles sur trois mineures, entre 2013 et 2015 à Dékoa  au centre du pays.

Ce mardi 3 janvier 2017,le site d’information Mediapart a publié une enquête sous le titre « Les exactions impunies de l’opération Sangaris » en rapportant plusieurs témoignages de victimes qui disent avoir subi des abus sexuels de la part de militaires français.Dans un contexte de lourds soupçons d’abus sexuels pesant sur des militaires étrangers basés dans ce pays très pauvre ravagé par les conflits, d’autres accusations ont été portées notamment contre des Casques bleus de la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca). Une enquête de l’ONU a récemment permis d’identifier 41 Casques bleus gabonais ou burundais soupçonnés d’avoir commis des agressions sexuelles dans la préfecture de Kemo (centre) en 2014 et 2015.(Source TV5 Afrique)

CARINE MAMBOU
Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

CAMEROUN: LE CONSEILLER TECHNIQUE DU PRÉSIDENT PAUL BIYA SOUTIEN LA CANDIDATURE DE MAURICE KAMTO

CAMEROUN: LE CONSEILLER TECHNIQUE DU PRÉSIDENT PAUL BIYA SOUTIEN LA CANDIDATURE DE MAURICE…