AFRIQUE: LE CAMEROUN SERAIT ENTRAIN DE SOLLICITER LE NIGÉRIA POUR LA CO-ORGANISATION DE LA CAN 2019

Au moment où les informations concordantes révèlent que le Cameroun ne pourra pas organiser la CAN 2019 et que le choix pourrait être porté sur le royaume chérifien, le patron de la FIFA Gianni Infantino veut avoir toutes les explications sur les conditions d’attribution et d’organisation de la CAN 2019 au Cameroun.

En efffet, selon le média coupsfrancs, l’organisation de la CAN 2019 n’est pas encore officiellement retirée au Cameroun parce que la CAF accorde un petit sursis au régime en place et ne souhaite pas annoncer une décision négative qui pourra porter préjudice à la campagne du président Paul Biya car ce dernier a fait de cet événement son seul credo afin de briguer un autre septième mandat.

Selon les journaux marocains et ghanéens, c’est quasi-certain que le Cameroun perdra l’organisation de la CAN 2019 au regard de l’avancement à pas de tortue des travaux et des plaintes des ouvriers Camerounais en grève et sans salaire sur les sites, qui sont parvenues auprès de la CAF. Disons-le, c’est après les rumeurs persistantes du retrait de la CAN que les travaux du stade de Japoma feint d’accélérer en ce moment avec la pause des piliers pour le toit. 24 mois après le lancement des travaux , le taux d’exécution declaré de ce stade est à 60 %, tout comme celui d’Olembe dont la première pierre a été posée en 2009.

Livrer ces stades en mars 2019, soit  deux mois avant le début de la compétition prévue en juin 2019, serait déjà faire entorse au cahier des charges. Bien plus, réaliser les 40% restants en moins de 8 mois, serait synonyme de construire un temple en 3 jours comme Jésus-Christ. En plus, organiser l’élection présidentielle du 7 octobre prochain avec ce qu’elle entraîne comme mobilisation des ressources humaines, matérielles et financières nationales, en pleine saison de pluies, d’inondations, de coupures d’électricité, d’insécurité, de guerres dans les régions anglophones et l’Extrême Nord, ne ferront que retarder les travaux de construction de ces stades ainsi que les infrastructures.

Considérant le contexte économique du Cameroun placé sous perfusion du FMI et que l’État éprouve actuellement les difficultés à payer ses fonctionnaires affectés à l’étranger, il est difficile d’obtenir d’autres crédits pour continuer à financer les chantiers liés à l’organisation de la CAN. Pour sauver les meubles, Paul Biya enverra en mission Issa Hayatou l’ancien Président de la CAF et actuel PCA de l’Académie Nationale du football (ANAFOOT), rencontrer les autorités politiques du Nigeria. L’objectif étant de convaincre le président Muhamadu Buhari pour une co-organisation de la Can 2019 Cameroun-Nigéria .

CARINE MAMBOU

 

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

LIBERIA: LE PRÉSIDENT GEORGE OUSMAN WEAH SOMME LES HAUTS RESPONSABLES DE DÉCLARER LEURS BIENS

LIBERIA: LE PRÉSIDENT GEORGE OUSMAN WEAH SOMME LES HAUTS RESPONSABLES DE DÉCLARER LEURS BI…