AFRIQUE: LE PREMIER PROCES DES  »BIENS MAL ACQUIS » DE TEODORIN OBIANG S’EST OUVERT CE LUNDI A PARIS

Le premier procès des « biens mal acquis » s’est ouvert ce 19 juin 2017 à Paris. Le vice-président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang,accusé de s’être frauduleusement bâti un patrimoine considérable en France ne sera pas présent au procès prévu jusqu’au 6 juillet 2017 devant le tribunal correctionnel. Ses avocats demanderont  à nouveau son report en attendant l’issue d’une procédure en cours devant la Cour internationale de justice de La Haye.

En effet,ce procès qui s’est ouvert ce lundi 19 juin 2017 est le fruit de plus de dix ans de batailles juridiques car:

En mars 2007, trois associations avaient déposées des plaintes visant des chefs d’Etat africains accusés d’avoir bâti en France une fortune avec de l’argent public détourné, mais l’enquête préliminaire est classée sans suite. Un an plus tard, une nouvelle plainte est déposée par Transparency International, Sherpa et un ressortissant gabonais et vise les présidents Omar Bongo (décédé en 2009), Denis Sassou Nguesso et Teodoro Obiang Nguema.

En 2010, la Cour de cassation annonce que la justice française peut enquêter sur le patrimoine des trois chefs d’Etat et de certains de leurs proches.

En 2011 puis 2012, les perquisitions menées permettent la saisie de biens appartenant à la famille Obiang Nguema.

En juillet 2012, un mandat d’arrêt international est lancé contre Teodorin Obiang mais ce dernier refuse de répondre à la convocation des juges d’instruction. Quelques jours plus tard, la justice saisit son hôtel particulier d’une valeur estimée entre 100 et 150 millions d’euros et situé sur la très huppée avenue Foch à Paris.

En mars 2014, le vice-président équato-guinéen est mis en examen.Pendant la procédure, Teodorin Obiang a multiplié les voies de recours en vain.

En 2015, la Cour de cassation rejette son pourvoi dans lequel il invoque son immunité diplomatique. La Guinée équatoriale demande alors à la Cour internationale de justice de La Haye que la France mette fin aux procédures contre le fils du président, invoquant son immunité.

En septembre 2016, Teodorin Obiang est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris pour blanchiment d’abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d’abus de confiance et de corruption. Au début de l’année, le tribunal renvoie le procès au 19 juin 2017 pour permettre à Teodorin Obiang de préparer sa défense.L’ambassadeur de Guinée équatoriale en France, Miguel Oyono Ndong Mifumu, a dénoncé vendredi lors d’une conférence de presse à Paris un « vaste complot » et une « opération de diabolisation« , qui risque d’avoir « des conséquences » sur les relations entre Malabo et Paris.

Force est de constater qu’après avoir négocié un arrangement à plusieurs dizaines de millions de dollars aux États-Unis en 2014, le fils du président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang est depuis novembre sous le coup d’une procédure pénale en Suisse pour « blanchiment d’argent ». Onze de ses voitures ont été saisies à cette occasion.Teodorin Obiang, encourt donc jusqu’à dix ans d’emprisonnement ferme et une amende qui pourrait atteindre 50 millions d’euros.

Source: TV5MONDE

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

CONGO-BRAZZAVILLE:LE FILS DE DENIS SASSOU NGUESSO ACCUSÉ D’AVOIR DÉTOURNÉ 50 MILLIONS DE DOLLARS

CONGO-BRAZZAVILLE:LE FILS DE DENIS SASSOU NGUESSO ACCUSÉ D’AVOIR DÉTOURNÉ 50 MILLION…