BURUNDI: A PARTIR  DU 7 MAI PROCHAIN, LES RADIOS BBC ET VOA SERONT SUSPENDUES POUR SIX MOIS

En pleine campagne pour le référendum constitutionnel du 17 mai prochain, Karenga Ramadhani, président du Conseil National de la Communication (CNC), a déclaré à la presse à Bujumbura la capitale:“les radios britannique BBC et américaine VOA seront suspendues de diffusion pendant six mois à partir du 7 mai 2018”.

Tout en invoquant des manquements à la loi régissant la presse et la déontologie, l’autorité des médias a fait savoir que la BBC est sanctionnée “pour avoir fait fi ”, d’une précédente mise en garde et pour des propos “portant atteinte à la réputation du chef de l’Etat ” tenus par un invité dans l’une de ses émissions.

En effet, lundi dernier, le gouvernement burundais avait demandé au CNC de prendre ses responsabilités contre la BBC, qu’il accusait de propager des déclarations incendiaires appelant les Burundais à la haine et la subversion.

Le CNC pour sa part, reproche à VOA d’avoir diffusé des informations très tendancieuses et d’ avoir engagé un journaliste recherché par la justice burundaise. La radio française RFI a reçu de son côté une mise en garde pour un traitement jugé tendancieux et mensonger d’informations sur le Burundi, à deux reprises. Disons le, deux stations locales, notamment Isanganiro et la CCIB FM+ sont également mises en garde à propos d’un manque de vérification rigoureuse des sources d’information.

Cependant, il est important de mentionner que la suspension des radios BBC et VOA va frapper essentiellement leurs émissions quotidiennes en kirundi(langue nationale du pays) sur la FM. Ces émissions sont très suivies depuis des décennies, notamment dans le monde rural où la population ne parle en grande majorité que la seule langue nationale.

Notons le, les Burundais sont appelés à se prononcer le 17 mai prochain par referendum sur une réforme de la constitution qui permettrait au président Pierre Nkurunziza, de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2034.

En rappel, l’annonce en avril 2015 de la candidature controversée du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat a plongé le Burundi dans une crise politique qui a fait au moins 1.200 morts et plus de 400.000 réfugiés, et sur laquelle la Cour pénale internationale(CPI) a ouvert une enquête.

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

TCHAD: IDRISS DEBY ITNO ORDONNE LE TRANSFERT DE LA PLUS GRANDE BASE MILITAIRE À KAIGA KINDJIRIA

TCHAD: IDRISS DEBY ITNO ORDONNE LE TRANSFERT DE LA PLUS GRANDE BASE MILITAIRE À KAIGA KIND…