COTE D’IVOIRE: LES AVOCATS DE LAURENT GBAGBO ET CHARLES BLÉ GOUDÉ DEMANDENT L’ACQUITTEMENT

Les avocats de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé demandent l’acquittement partiel ou total, plus de trois mois après l’audition du dernier témoin de l’accusation dans le procès de leurs clients devant la Cour pénale internationale (CPI).

En effet, les juges devront d’abord dire s’ils acceptent leurs requêtes avant de se prononcer sur le fond. Une procédure qui pourrait encore prendre plusieurs mois. Les avocats de l’ex-président Laurent Gbagboestiment que le procureur n’a pas prouvé l’affaire, pas une seule fois, ce qui leur permet d’écrire dans leur requête le mot « acquittement ». Par ailleurs, ils s’affirment prêts à en découdre si les juges devaient retenir au moins partiellement les charges portées contre l’ex-président.

Les avocats de Charles Blé Goudé a leur tour, demandent clairement « l’acquittement complet » de leur client. Ils déclarent: « l’accusation n’avait pas présenté de preuves susceptibles de justifier une condamnation, il n’y a donc pas lieu de présenter des éléments de preuves supplémentaires. Par conséquent, Charles Blé Goudé n’est pas coupable des crimes qui lui sont reprochés ».

En rappel, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont jugés depuis janvier 2016 par la Cour pénale internationale pour quatre crimes contre l’humanité, notamment pour meurtres, viols, actes inhumains et persécutions, commis entre novembre 2010 et avril 2011.

Selon les Nations unies, les violences qui avaient suivi la présidentielle de fin 2010 en Côte d’Ivoire ont fait au moins 3 000 morts. Si les juges acceptent de se pencher sur les demandes d’acquittement, ce qui n’est pas automatique, ils pourraient ensuite décider de retenir la totalité des charges, ou d’acquitter partiellement ou en totalité les accusés. Si l’une ou la totalité des accusations sont retenues, la défense devra alors appeler ses propres témoins.

Force est de constater que dans leur demande d’acquittement, les avocats des deux accusés ne répondent pas, à ce stade, sur le fond, mais contestent la validité des preuves du procureur. Emmanuel Altit, avocat de Laurent Gbagbo, dénonce une enquête « approximative », dont il serait « impossible d’en tirer quoi que ce soit de concluant et de convaincant.». Il reproche au procureur l’absence d’authentification de l’intégralité des pièces présentées au procès et remises à ses services par les autorités ivoiriennes, dont « dépendaient » les enquêteurs, qui n’ont pas comparu au procès. Pour les mêmes raisons, il remet aussi en cause les résultats d’exhumations et conteste le registre d’entrée de la résidence présidentielle, qui n’aurait été authentifié que partiellement.

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

TCHAD: LES FEMMES PRÉFÈRENT DE PLUS EN PLUS LES COIFFURES OCCIDENTALES AUX COIFFURES AFRICAINES

TCHAD: LES FEMMES PRÉFÈRENT DE PLUS EN PLUS LES COIFFURES OCCIDENTALES AUX COIFFURES AFRIC…