CÔTE D’IVOIRE: BOMBARDEMENT DE BOUAKÉ, TROIS PILOTES RENVOYÉS AUX ASSISES EN FRANCE

La justice française, dans l’affaire des neuf militaires français tués dans le bombardement de Bouaké, en Côte d’Ivoire, en 2004, vient de renvoyer devant les assises de Paris un ex-mercenaire bélarusse et deux officiers ivoiriens accusés d’avoir participé à ce bombardement.

En effet, Youri Souchkine, Patrice Oueï et Ange Magloire Gnanduillet Attualy sont soupçonnés d’avoir piloté ou copiloté les avions des Forces Loyalistes Ivoiriennes qui ont bombardé le camp de la Force Licorne, le 6 novembre 2004 à Bouaké, tuant neuf militaires français, un civil américain et blessant 38 soldats.

Pour la petite histoire, l’armée française, déployée à l’époque en interposition en pleine guerre civile, avait riposté en détruisant l’aviation ivoirienne, provoquant une vague de manifestations antifrançaises. Sur ce, l’ex-mercenaire bélarusse et les deux officiers ivoiriens ont été visés par un mandat d’arrêt. Dans son ordonnance, la magistrate a retenu la circonstance de la « préméditation » pour ces actes. Tout content, Me Jean Balan, l’avocat de soldats blessés et de familles de militaires décédés fait savoir:« pendant 14 ans, on n’a pas fait le moindre effort pour arrêter les coupables malgré tous les mandats d’arrêt qui ont été lancés contre eux ».

En somme, Me Jean Balan se réjouit également que désormais rien n’empêche plus la commission des requêtes de la Cour de justice de la République d’enquêter sur d’éventuelles responsabilités ministérielles. A l’époque, la juge d’instruction avait questionné le rôle du gouvernement français dans certains dysfonctionnements qui avait permis la libération de mercenaires bélarusses ayant servi à l’aéroport d’Abidjan.

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

CONGO-BRAZZAVILLE:LE FILS DE DENIS SASSOU NGUESSO ACCUSÉ D’AVOIR DÉTOURNÉ 50 MILLIONS DE DOLLARS

CONGO-BRAZZAVILLE:LE FILS DE DENIS SASSOU NGUESSO ACCUSÉ D’AVOIR DÉTOURNÉ 50 MILLION…