GABON : ECHEC AU ROI POUR ALI BONGO

Si on était dans un jeu d’échecs, ce dont on n’est pas loin vu la situation actuelle au Gabon, nous dirions qu’avec la saisine de la cour constitutionnelle par l’opposition, c’est un coup échec au roi pour Ali Bongo. En effet la semaine qui a suivi l’annonce des résultats de l’élection présidentielle au Gabon fut des plus agitée et riche en rebondissements. Suite à l’annonce des résultats, le Gabon s’est embrasé et s’est retrouvé presqu’au bord du chaos. Et les interventions de l’union européenne, du quai d’Orsay notamment et les interventions télévisées de Robert Bourgi, n’étaient pas pour calmer la situation. Car toutes ces interventions demandaient au camps d’Ali Bongo d’accepter le recomptage des voix bureau de vote par bureau de vote.

Seulement pour Ali Bongo, seule la saisine de la cour constitutionnelle est l’unique solution envisageable pour une sortie de crise. Le recomptage de voix étant un dispositif qui n’est pas prévu par la loi électorale au Gabon. Le délai pour cette saisine était donc prévu ce jeudi 8 septembre à 16h TU. Nous avons avant cette date assisté à une véritable guerre de la communication.

Tout a commencé par le camp Ping qui s’est notamment focalisé sur l’attaque de son QG en mettant un accent sur les morts. Ensuite c’est la France qui a essayé de mettre la pression en exigeant la libération des français binationaux qui avaient été arrêtés; mais les autorités de Libreville ont tout de suite rétorqué que pour les binationaux vivant au Gabon, c’est la loi gabonaise qui s’applique. Puis ce fut au tour des autorités de monter au créneau en montrant des images des éléments de maintien de l’ordre qui avaient été attaqués selon elles par les manifestants et partisans de Jean Ping qui voulaient en découdre. Nous avons aussi vu la communauté musulmane du Gabon se plaindre d’être stigmatisée et menacée d’extermination par le camp Ping. Au cours de la même semaine, alors que les communications web et réseaux sociaux ont été coupés, les autorités gabonaises présente un individu de nationalité ivoirienne comme étant un hacker travaillant pour le compte du camp Ping. Sihifowa Yeo puisqu’il s’agit de lui désigne à son tour Jean Marc Zoé chargé de mission à la présidence ivoirienne comme mandataire de ses activités.

Le calme revient peu à peu à Libreville mais la situation reste totalement tendu car la date limite de la saisine de la cour constitutionnelle approche. D’autant plus qu’une rumeur annonçant l’exfiltration de Jean Ping du Gabon vers la Côte d’ivoire par la France commence à circuler. Mais cette rumeur reste sans commentaire par la représentation française à Libreville sensé organiser cette exfiltration. Selon la rumeur, la crainte serait que des poursuites soient engagées à l’encontre de Jean Ping après que ce dernier ait appelé au désordre et aux troubles au Gabon.

Le mercredi dans une sortie médiatique, M. Ndemezo Obiang coordonnateur de campagne pour Jean Ping déclare dans une sortie médiatique « on verra » concernant le dépôt d’un recours à la cour constitutionnelle qui d’après le camp Ping est inféodée au camp Bongo. C’est l’incertitude totale au Gabon, et on craint de plus en plus une escalade de la situation.

Finalement ce jeudi alors que certains médias annonçaient déjà que Jean Ping ne déposera pas de recours devant la cour constitutionnelle, on apprend en fin de journée que l’opposition a finalement choisi la voie de la l’égalité gabonaise en déposant un recours auprès du conseil constitutionnel. Alors sortie de crise ou nouveau chapitre de la crise post électorale? En tout cas cette saisine tourne clairement à l’avantage d’Ali Bongo, car si le conseil constitutionnel venait à valider les résultats, les autres candidats notamment Jean Ping n’auront pas d’autres choix que de s’y conformer. Ce serait alors la fin de la partie. Mais sait-on jamais.

Olivier NKU.
Load More Related Articles

One Comment

  1. santos ramirez garcia

    septembre 9, 2016 at 5:05

    j espere que le scenario ivoirien ne va pas se repeter au gabon
    le parti au pouvoir perd les elections et s arrange a les truquer
    et finalement les armes ont parlé et c est exactement la meme situatiation au gabon
    il est encore temp que la sagesse prenne les devants

Check Also

CAMEROUN: LE CONSEILLER TECHNIQUE DU PRÉSIDENT PAUL BIYA SOUTIEN LA CANDIDATURE DE MAURICE KAMTO

CAMEROUN: LE CONSEILLER TECHNIQUE DU PRÉSIDENT PAUL BIYA SOUTIEN LA CANDIDATURE DE MAURICE…