GABON : JEAN PING SE REVENDIQUE TOUJOURS PRÉSIDENT ÉLU DU GABON A LIBREVILLE, PARIS, BERLIN, BRUXELLES ET WASHINGTON

Dix mois plus tard, Jean Ping candidat malheureux aux dernières élections présidentielles se revendique toujours président élu du Gabon, à Libreville, Paris, Berlin, Bruxelles ou Washington.

Jean Ping par ailleurs, ancien président de la Commission de l’Union Africaine de 2008 à 2012, âgé de 74 ans reste persuadé que le temps joue pour lui et que son rival Ali Bongo Ondimba finira par quitter le pouvoir. L’objectif pour lui est de faire reconnaître la vérité des urnes et de faire en sorte que celui qui a perdu quitte le pouvoir car le président Ali Bongo Ondimba a été pris sur le fait, notamment grâce à l’implication de la communauté internationale et surtout de l’Union Européenne.

Cependant, il faut aller plus loin que ce constat. La communauté internationale doit faire en sorte que la vérité du vote s’impose. C’est la raison pour laquelle Ping a proposé une médiation internationale qui assurerait une passation des pouvoirs pacifique et une réconciliation nationale, sur le modèle de ce qui s’est passé en Afrique du Sud.

Selon Jean Ping, si Ali Bongo accepte de partir, il le félicitera et lui garantira la possibilité d’aller et venir au Gabon quand il le souhaite car c’est la loi de la démocratie et lui garantira également la sécurité de ses biens et ceux de sa famille.

Pour sa part, l’Union Africaine s’est prononcée dans le même sens que l’Union européenne en ce qui concerne la présidentielle. Mais ce n’est sans doute pas suffisant. En général, il est vrai que l’UA dépêche des missions d’observation qui ne peuvent en réalité pas observer grand-chose. Résultat : presque toutes les missions de l’UA se terminent par un communiqué qui dit : « Nous avons observé les élections. Il y a eu des irrégularités mais elles ne faussent pas la sincérité du vote ». On peut presque l’écrire d’avance. Mais peut-elle faire autrement avec ses moyens ?

Jean Ping fait aussi savoir que : « le financement est capital, et c’est pour cela que le pouvoir a gelé tous ses comptes en banque voulant ainsi le paralyser. Mais seulement, il se trouve que Ali Bongo a lui aussi des problèmes d’argent. Ils ont créé l’ingouvernabilité du pays. Ils sont en grève, ils ne travaillent plus, les entreprises ne fonctionnent plus et licencient… Le Gabon est pratiquement en cessation de paiement, et le pouvoir n’a plus d’argent. Même des députés ou des sénateurs du Parti démocratique gabonais passent parfois deux mois sans salaire ! Ils ont le peuple de leur côté et il est prêt à défendre sa liberté à mains nues ».

Pour le moment, Jean Ping exhorte les Gabonais à rester calmes, à ne pas aller attaquer le Palais. Mais seulement il ne garantit pas la durée de ce silence car la situation peut basculer à tout moment. Le Gabon n’a jamais connu de guerre civile et il ne faut pas partir du principe que ce qui est arrivé ailleurs ne peut pas arriver au pays.

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

CONGO-BRAZZAVILLE:LE FILS DE DENIS SASSOU NGUESSO ACCUSÉ D’AVOIR DÉTOURNÉ 50 MILLIONS DE DOLLARS

CONGO-BRAZZAVILLE:LE FILS DE DENIS SASSOU NGUESSO ACCUSÉ D’AVOIR DÉTOURNÉ 50 MILLION…