GABON: PLUSIEURS CADRES DU PARTI DÉMOCRATIQUE GABONAIS ONT ÉTÉ EXCLUS DES PROCHAINES LÉGISLATIVES

En principe, les candidats aux élections législatives et locales jumelées du 6 octobre prochain ont jusqu’au 25 août 2018 pour déposer leur candidature au siège du Centre gabonais des élections (CGE).

Le lundi 13 août, le Parti démocratique gabonais (PDG), a publié sa liste des candidats investis. En effet, le parti au pouvoir a investi un candidat sur chacun des 143 sièges sans toutefois faire des concessions avec ses alliés. Malgré cela, le parti d’Ali Bongo Ondimba a sacrifié plusieurs cadres, et pas des moindres. C’est un véritable coup de tonnerre, car Richard Auguste Onouviet, par ailleurs, président sortant de l’Assemblée nationale, n’a pas été investi par son propre parti ainsi que Paul Toungui, compagnon de Pascaline Bongo, la sœur du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

Disons-le, Christian Magnagna, le tout puissant ministre des Travaux publics et des mines, Lambert Noël Matha, ministre de l’Intérieur, ont pareillement été exclu de la liste. Toutefois, il se murmure que tous ces cadres iront faire valoir leur expérience au Sénat.

En outre, Malika Bongo, par ailleurs fille du président Ali Bongo Ondimba, est candidate à Bongoville dans le Haut-Ogooué où son père a été élu plusieurs fois député. Le président Ali Bongo n’a pas oublié certains anciens notamment Faustin Boukoubi, ancien secrétaire général du PDG, Jean François Ndongou, ancien ministre de l’Intérieur et Yves Fernand Manfoumbi, ancien ministre de l’Agriculture.

En rappel, en 2011, l’opposition avait boycotté les législatives. Le Parti démocratique gabonais (PDG), avait raflé la majorité absolue. Cette année, l’opposition se jette dans la bataille et la campagne s’annonce très rude.

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

LIBERIA: LE PRÉSIDENT GEORGE OUSMAN WEAH SOMME LES HAUTS RESPONSABLES DE DÉCLARER LEURS BIENS

LIBERIA: LE PRÉSIDENT GEORGE OUSMAN WEAH SOMME LES HAUTS RESPONSABLES DE DÉCLARER LEURS BI…