KENYA: LE PRÉSIDENT UHURU KENYATTA ET LE CHEF DE L’OPPOSITION RAILA ODINGA DEMANDENT PARDON AU PEUPLE

Un geste symbolique devant appuyer leur promesse d’oeuvrer pour la réconciliation dans le pays, le président Uhuru Kenyatta et le chef de l’opposition Raila Odinga se sont excusés ce jeudi pour le mot «assassin» échangé lors des élections controversées de 2017.

En effet, à l’occasion de la « prière nationale », par ailleurs majeur événement annuel lors duquel les leaders politiques prient pour la nation, le président Uhuru Kenyatta et Raila Odinga sont tombés plusieurs fois dans les bras l’un de l’autre dans une ambiance très décontractée symbolisant la fin de leur affrontement.

Une première depuis les élections, comme pour renforcer la portée de leur geste, le président Uhuru Kenyatta et Raila Odinga n’ont cessé de s’appeler « mon frère ». Ils étaient accompagnés pour la circonstance par le vice-président William Ruto et Kalonzo Musyoka,le colistier de Raila Odinga. Ces derniers se sont présenté pareillement des excuses et échangé des accolades.

Le président Uhuru Kenyatta a déclaré « Nous avons fait campagne l’un contre l’autre, nous avons dit des choses méchantes l’un envers l’autre, et aujourd’hui, je demande pardon et souhaite présenter mes excuses ». « Plus jamais un Kényan ne mourra à cause d’une élection » a ajouté le chef de l’opposition Raila Odinga.

Notons le, en apparaissant côte à côte le 9 mars dernier et en promettant d’oeuvrer à la réconciliation nationale, après s’être invectivés pendant des mois, les héritiers des deux plus grandes dynasties familiales kényanes avaient surpris leurs compatriotes. Au fait, personne n’avait jusqu’ici anticipé ce revirement au Kenya, bien que les changements d’alliance soient monnaie courante. Du jour au lendemain, Raila Odinga, qui s’était fait symboliquement investir président le 30 janvier, a cessé ses attaques.

La « prière nationale » s’est achevée avec la présence sur le podium des quatre hommes mais aussi du président de la Cour suprême David Maraga. En rappel, le deuxième scrutin, boycotté par l’opposition, avait été remporté par Uhuru Kenyatta avec 98% des voix.

Force est de constater que malgré la concorde affichée pendant la « prière nationale », de nombreuses questions restent en suspens sur la nature exacte d’un accord conclu entre les deux hommes, destiné à combler les fractures ethniques et politiques qui parcourent le Kenya.

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles

One Comment

  1. […] vendredi, le président Uhuru Kenyatta a exigé que tous les responsables des achats et de la comptabilité des agences gouvernementales […]

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

AFRIQUE: LOUISE MUSHIKIWABO, CANDIDATE AU POSTE DE SG DE L’OIF ÉTAIT EN OPÉRATION DE CHARME AU CAMEROUN

AFRIQUE: LOUISE MUSHIKIWABO, CANDIDATE AU POSTE DE SG DE L’OIF ÉTAIT EN OPÉRATION DE…