PRISON ET ACTIVITÉ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX EN ETHIOPIE

Cette mesure prise par le gouvernement éthiopien concernerait la consultation et la diffusion sur les réseaux sociaux des informations fournies par les médias critiques vis-à-vis des autorités. Ethiopian Satellite Radio and Television (ESAT) et Oromo Media Network(OMN) sont les deux premiers médias concernés.

Rappelons que la simple consultation de leurs plateformes Internet serait passible de peines d’emprisonnement. En outre, le ministre éthiopien de la défense, SIRAJ FERGESSA, est passé sur la chaîne publique en affirmant que : « le commandement militaire prendra des mesures contre ceux qui regardent et affichent sur les réseaux sociaux. » Le magazine « QUARTZ » parle de 3 à 5 ans pour ce cas.

Dans la capitale du pays, Addis Abeba, et dans d’autres villes, l’Internet mobile est suspendu depuis trois semaines avant l’instauration de l’Etat d’urgence décrété ce mi-octobre 2016 pour une durée de 6 mois. Les autorités essayent de contenir le soulèvement des deux principales ethnies du pays à savoir les Oromos et les Amhara’s qui contestent leur marginalisation au profit de la minorité des Tigréens au pouvoir.

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

LIBERIA: LE PRÉSIDENT GEORGE OUSMAN WEAH SOMME LES HAUTS RESPONSABLES DE DÉCLARER LEURS BIENS

LIBERIA: LE PRÉSIDENT GEORGE OUSMAN WEAH SOMME LES HAUTS RESPONSABLES DE DÉCLARER LEURS BI…