LIBYE: NICOLAS SARKOZY EST DOS AU MUR, DE NOUVELLES REVELATIONS AU SUJET DE SA CAMPAGNE

Franck Pucciarelli, militant internationaliste français, par ailleurs porte-parole du Conseil suprême des tribus libyennes, révèle des enregistrements audio et vidéo datant de l’automne 2006, lorsque des représentants de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, étaient arrivés à Tripoli pour y mener des négociations préalables à un possible accord.

Selon Franck Pucciarelli, cité par l’agence de presse russe Sputnik, les enregistrements en question ont été réalisés par les services spéciaux libyens à l’insu des invités français. Il fait pareillement savoir que:« c’est Nicolas Sarkozy qui a cherché au travers de l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine de s’approcher de la Jamahiriya arabe libyenne, du Guide Mouammar Kadhafi parce qu’il cherchait un partenaire pour pouvoir briguer des futures élections et l’ Etat libyen était connu pour être assez généreux à cette période ».

En outre, Pucciarelli précise aussi que Mouammar Kadhafi a accepté la demande française et d’entrer dans le jeu de Nicolas Sarkozy, pour la simple raison que ce dernier lui avait promis s’il était élu, de « faire supprimer des listes d’Interpol le nom de son beau-frère et chef des services secrets Abdallah Senoussi, et aussi de faciliter la levée de l’embargo imposé à la Libye ».

Ce jeudi 29 mars 2018, le chef du bureau des investigations du parquet général libyen à Tripoli, a révélé, que son service avait remis à la justice française trois témoignages d’anciens hauts responsables libyens concernant les soupçons de financements libyens de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007. Il s’agit notamment des témoignages d’Abdallah Senoussi, de Baghdadi El-Mahmoudi, dernier Premier ministre sous Kadhafi, et d’ Abdallah Mansour, ancien chef de la Sécurité intérieure.

Cependant, le journal britannique Daily Mail rapporte dans son édition du 22 mars dernier que « l’ancien leader libyen Mouammar Kadhafi a été tué en 2011 par un agent secret français qui agissait sous les ordres de Nicolas Sarkozy, tout en expliquant que l’ agent secret français envoyé par Sarkozy s’est infiltré dans la foule qui venait de capturer Mouammar Kadhafi dans la banlieue de Syrte et lui a tiré une balle dans la tête ». Autrement dit, l’ancien président français est clairement accusé d’avoir commandité le meurtre de Mouammar Kadhafi.

Force est de constater que tous ces témoignages accablants ont accéléré la procédure de mise en examen de l’ ex-président français Nicolas Sarkozy, malgré le fait que la presse française a toujours ignoré la coopération des autorités libyennes dans ce dossier.

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

CAMEROUN: WASHINGTON DEMANDE UNE ENQUÊTE TRANSPARENTE DE L’AFFAIRE DE LA VIDÉO CHOQUANTE

CAMEROUN: WASHINGTON DEMANDE UNE ENQUÊTE TRANSPARENTE DE L’AFFAIRE DE LA VIDÉO CHOQU…