RDC CONGO : LIBERATION  DES MILITANTS DU MOUVEMENT PRO-DEMOCRATIE LUCHA

Les 19 militants du mouvement pro-démocratie Lucha arrêtés lors des manifestations le 21 décembre 2016 à Goma contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, ont été libérés ce mardi 27 décembre 2016 par les autorités congolaises. Ghislain Muhiwa, l’un des responsables de ce mouvement baptisé Lucha déclare que : « La Lucha confirme la libération de 18 camarades arrêtés lors d’un sit-in devant le gouvernorat de la province du Nord-Kivu à l’est du pays. Il confirme aussi la libération de Gloria Senga militante de Lucha enlevée le 18 décembre 2016 à Kinshasa tout en s’inquiétant du sort de cinq autres camarades de Goma et deux camarades de Mbuji-Mayi dans le centre qui restent toujours en détention ».

Le responsable du bureau conjoint de l’ONU aux droits de l’Homme (BCNDH), José Maria Aranaz, interrogé par l’AFP à ce sujet, confirme ces  libérations mais seulement reste « préoccupé par le sort de 6 à 7 autres activistes pro-démocratie arrêtés de manière arbitraire depuis au moins une semaine ». Disons que la Lucha qui est l’acronyme de Lutte pour le changement, est un mouvement de jeunesse se définissant comme « citoyen, non-violent et non-partisan » qui a lancé la campagne « Bye-Bye Kabila » contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila à la fin de son mandat normalement prévu le 20 décembre dernier.

 

Force est de constater que les négociations pour sortir de l’impasse politique devant reprendre le mercredi 21 décembre 2016, Joseph Kabila a vite fait de nommer le lundi 19 décembre 2016 au soir peu avant minuit un nouveau gouvernement sans attendre la fin de la médiation menée par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco).

Rappelons tout de même que Joseph Kabila ne souhaite pas quitter le pouvoir. Malheureusement pour lui, sur les réseaux sociaux, les internautes congolais sont nombreux à dénoncer son maintien au pouvoir et souhaitent son départ immédiat car pour eux, le président Kabila a consommé tous ses mandats et doit obligatoirement s’en aller. Disent-ils, les Congolais n’ont pas des raisons valables pour lui gracier deux ans de plus, même pas cinq minutes.

 

CARINE MAMBOU

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

MALI: IBRAHIM BOUBACAR KEITA EST RÉELU POUR UN SECOND MANDAT AVEC 67,17% DES SUFFRAGES

MALI: IBRAHIM BOUBACAR KEITA EST RÉELU POUR UN SECOND MANDAT AVEC 67,17% DES SUFFRAGES Le …